Ndoffene Fall sur le rapport de la CAN 2022: "Espérons que nos lions soient compétitifs dans deux ans"

0

Ndoffène Fall considère que la décision de la Confédération africaine de football (CAF) de reporter la Can 2021 d’une année est aujourd’hui dictée par la sagesse même si elle ne manque pas d’avoir un impact sur la sélection du Sénégal dont l’ambition de soulever son premier trophée à la prochaine can.

Mais ce sera avec quelle sélection en 2002? Si on ne peut présager qui seront les meilleurs, l’ancien international et le président de la section football du Jaraaf pense que c’est la grande interrogation du moment à la vue de l’âge des joueurs qui avoisinent la trentaine. Mais, il estime que tout dépendra du niveau de compétitivité et du sélectionneur Aliou Cissé qui aura le moment venu de prendre les meilleurs.

Avec le rapport de la prochaine Can en 2022, l’équipe nationale va encore différer pour une année supplémentaire son ambition de remporte le trophée continental. Mais avec quelle sélection et avec quels joueurs? C’est la grande interrogation si l’on sait que la plupart des joueurs qui forment l’actuelle sélection, avoisinent la trentaine.

Un premier abord, si ce rapport peut avoir un impact sur la sélection, il ne le sera pas forcément sur les joueurs qui seront jugés sur leur compétitivité fussent-ils des joueurs trentenaires. C’est l’avis de l’ancien international Ndoffene Fall qui estime que le footballeur est d’abord jugé sur terrain. «Les joueurs dépendants de leur niveau de compétitivité. Dans deux ans, ils seront jugés sur le terrain. Vous avez souvenir que la France a obtenu la Coupe du monde en 1998 avec la génération des Thuram, Zidane, les Deschamps qui étaient des trentenaires. Avec l’expérience et l’expertise, on peut emmagasiner d’autres arguments, d’autres avantages permettant une meilleure gestion de cette compétition. Quelle équipe nationale nous allons avoir? C’est le gros point d’interrogation parce que personne ne peut savoir ce qui se fera dans deux ans parce que nous sommes en compétition de football », explique-t-il.

Poursuivant son propos, le président de la section du football du Jaraaf, n’en relève pas moins des risques liés à l’âge ou à la méforme qui touche les joueurs trentenaires. «Nous attendons que nos joueurs nous arrivent en bonne forme. Cela veut dire là-bas et d’autres aléas nécessiteraient de tenir en compte. Il y a des risques de méforme, de blessures, d’âge parce qu’à partir de trente ans, le footballeur risque de perdre de son allant. Nous retenons qu’au niveau de l’équipe nationale de certains garçons sont aux environs de la trentaine. Nous souhaitons que nos Lions soient encore compétitifs dans deux ans. On voit des joueurs comme Lionel Messi et Christiano Ronaldo très compétitifs après avoir largement dépassé la trentaine », souligne-t-il Pour lui, la balle reste encore dans le camp du sélectionneur en charge de bâtir une équipe compétitive et prête pour 2022.« Aliou Cissé à la charge de prendre les meilleurs. Il va apprécier et choisir la meilleure équipe possible. Les meilleurs sénégalais du moment. Car, la sélection sera celle des meilleurs. Nous ne pouvons pas actuellement présager qui seront les meilleurs en 2022. Laissons la compétition continuer. Tous les Sénégalais souhaitent que la Coupe d’Afrique vienne au Sénégal et nous ne puissions que croiser les doigts afin que Aliou Cissé et son équipe nous remportent ce trophée que nous attendons depuis les indépendances », affirme t-il.

«LA SAGESSE A RECOMMANDE A LA CAF DE RENVOYER LA CAN EN 2022»

Réagissant sur la décision de la CAF de reporter l’édition de 2021 à 2022, le dirigeant du Jaraaf, considère qu’elle a été dictée par la sagesse. «C’était une mesure attendue parce que la CAF n’avait d’autre solution ni d’alternative que de renvoyer la CAN en 2022 pour déterminer les éliminatoires et parce que l’on ne pourrait pas mettre tout ce qu’il y a comme compétitions en 2020. Il s’agit de permettre au Cameroun, qui a la charge d’organiser, de finaliser tous les travaux. Surtout une compétition qui est passée à un niveau très élevé. Avec ce que nous savons du Coronavirus tout est au ralenti. C’est à dire que même les travaux devant permettre de finaliser les infrastructures au Cameroun connaissent un ralentissement. La sagesse a recommandé à la CAF de renvoyer la CAN en 2022 et profiter de l’année 2021 pour finaliser les éliminatoires »a t-il confié.

Laisser une réponse

31 + = 36

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont notifiés avec *